Témoignages et coupures de presse URBEX

Article paru dans le Nord Eclair (21/10/2018) de Céline Delcroix (ancienne du Collège)

View Fullscreen

 

 

Pouvoir s’aventurer dans des endroits interdits, fermés depuis si longtemps ? Evidemment que cela nous intéressait ! Au-delà des lieux, nous avons adoré ces différentes atmosphères et ces récits à la fois irréels, dramatiques et impertinents créés par les élèves. A chaque endroit, une ambiance, une odeur, une mise en scène qui nous a plongées dans une autre dimension. Nous avons voyagé dans l’espace, mais aussi dans le temps et les émotions.

Yris et Laetitia Derbaudrenghien (spectatrices, élève en 2ème D / membre de l’association de parents)

 

Chaque lieu visité était unique. Chaque histoire était belle et bien racontée. J’ai vraiment adoré ! Ce fut une expérience inoubliable. Je garderai en mémoire ces lieux si mystérieux et leurs légendes. J’aimerais tellement revivre ce parcours insolite !

Marie Goubet (spectatrice, élève en 2ème D)

 

Avoir arpenté les couloirs de ce collège depuis bientôt 40 ans et être éblouie par le réveil de lieux connus ou totalement nouveaux fut une très belle expérience. Découvrir des adolescent-e-s que j’avais eus dans leurs premières années au collège – parfois fort timides –  déployer tout leur talent pour faire revivre par leurs textes et leur jeu les endroits où sont passés tant d’élèves, quel plaisir! J’ai pu apprécier le chemin qu’ils ont parcouru, épaulés par leurs professeurs qui croient en eux et leur permettent de nous montrer le meilleur d’eux-mêmes! Je les remercie de tout coeur, toutes et tous, pour cette soirée! Seul petit regret, ne pas avoir eu l’idée d’y amener mon papa -90 ans et ancien du collège…

Geneviève Bruggeman (spectatrice, enseignante)

 

Réinventer une histoire et la conter, le temps de deux soirs, à huit groupes composés de spectateurs de tous les âges était vraiment une expérience magique. Me mettre dans la peau d’un personnage et oser m’exprimer à voix haute m’a donné un sentiment de liberté, ce qui est plutôt rare dans le carcan scolaire. Notre quatuor a mené ce projet autour de la mystérieuse histoire de Louis O’Neill, élève irlandais inscrit au Collège au 19ème siècle, avec enthousiasme et détermination. Je ressors grandie de ce parcours qui m’a fait rêver et travailler ma force créatrice.

Lina Masure (participante, 5ème A)

 

J’ai beaucoup aimé réhabiliter ces lieux chargés d’histoire, leur rendre leur grandeur d’antan… Je n’oublierai pas la découverte de ces endroits de mon école dont je ne soupçonnais pas l’existence. Quand je pense aux milliers d’élèves qui ont fréquenté ces lieux il y a parfois plus de cent ans, cela m’impressionne. Vraiment !

Ethan Dewulf (participant, 5ème A)

 

Ce projet m’a surpris par les sentiments qu’il m’a fait traverser. Au départ, c’est le mystère, la magie presque… On entre dans des lieux secrets, inconnus. Et puis, on prend confiance… On finit par se sentir comme chez soi dans ces endroits… Comme si ceux-ci faisaient partie de nous. Plus tard, j’ai eu, je l’avoue, une certaine appréhension : jouer devant un public m’angoissait. Un trac qui fut à son summum le soir de la première représentation ! Pourtant, tout de suite, le stress a laissé la place à l‘envie de rejouer… Une impression de liberté ! Bref, cette expérience nous a permis de réellement resserrer les liens entre nous, de vivre une aventure ensemble, main dans la main !

Gaspard Droulez (participant, 5ème A)

 

Un an de préparation et… nous l’avons fait ! Nous avons présenté notre travail à un public tantôt curieux, tantôt étonné, tantôt même effrayé…

C’était terrible et magnifique ! Terrible d’entendre les pas des spectateurs approcher et le stress monter ! Magnifique de saisir ces applaudissements et ces sourires sur leurs visages !

Nous voilà heureux de ce spectacle, accomplissement d’un projet de plusieurs mois en option littéraire. En attendant celui de l’année prochaine !

Eline Degand (participante 5ème A)

 

 

Ce fut une démonstration réussie que les élèves de 5ème littéraire nous ont offerte en cette soirée de fin mai.

La vie quotidienne des élèves d’autrefois se déroulait sous nos yeux.

 

Du dortoir du troisième étage jusqu’à la si belle cave située sous la rotonde, en passant par la chapelle du premier étage si bien remise en état, l’intérêt ne faiblissait pas.

Voici des élèves et des profs à féliciter et à encourager.

Puisque, comme le disait Cicéron, c’est l’Histoire qui nous apprend à vivre, on peut espérer que conscients des contraintes d’autrefois, les élèves apprécieront au mieux les libertés d’aujourd’hui.

Jean Deronne (spectateur, ancien élève, professeur et directeur au CNDT)